Antisémitisme dans les banlieues : Arte France censure un documentaire

arte-immeuble-strasbourg-siege.jpg

Une information que nous reprenons de notre confrère Causeur. La direction de la chaîne culturelle franco-allemande passe à la trappe un documentaire de 90mn sur l’antisémitisme en Europe. Motif : on y met trop en lumière la haine antijuive qui progresse dans les banlieues de l’immigration. Continuer à lire … « Antisémitisme dans les banlieues : Arte France censure un documentaire »

Deux « histoires d’eau » qui pourraient très mal se terminer

bouche incendie

De la première, notre équipe du mardi vous a déjà parlé : les « jeunes » des quartiers de l’immigration s’adonnent depuis plusieurs jours à leur passe-temps favori par ces fortes chaleurs : le « street pooling ».

C’est ainsi que la presse de l’oligarchie qualifie cet acte de vandalisme qui consiste à ouvrir les bouches à incendie pour créer des fontaines géantes d’eau fraîche dans les rues.

Caves inondées, circulation interrompue, installations électriques dégradées, plus de réserves d’eau pour faire face à un éventuel incendie, etc. : les dégâts se chiffrent en millions d’euros.

A Lille, pas moins de 30 000 m3 d’eau – 30 millions de litres, soit l’équivalent de la consommation quotidienne de la ville – ont déjà été gaspillés. On ne compte plus les caillassages de pompiers venus procéder à la fermeture des bouches à incendie.

A Saint-Denis, le 29 mai dernier, le conducteur d’un scooteur dérape et chute dans une rue inondée. Alors qu’elle est à terre, les « jeunes » frappent violemment la victime et lui volent son scooter. L’homme sera transporté à l’hôpital, dans le coma. Quelques minutes plus tard, le « jeune » qui s’était emparé du scooter percute un piéton, qui devra à son tour être transporté à l’hôpital, également dans un état critique.

Réaction des maires confrontés au « street pooling » ?

A Gennevilliers, 500 euros d’amende ! On souhaite bonne chance aux policiers municipaux chargés de dresser le procès-verbal. A Paris, Mme Hidalgo a décidé de doter les quartiers de l’immigration de « fontaines légères », aux frais du contribuable parisien évidemment. Mais à quoi riment ces « fontaines légères », alors que des bouches à incendie sont impunément à portée de main ?

Une deuxième « histoire d’eau », qui pourrait avoir des conséquences infiniment plus graves…

Dimanche dernier, sept individus ont réussi à s’introduire dans la réserve métropolitaine d’eau potable de la ville de Nice. Ils se sont contentés, nous ont certifié les autorités, d’y piquer une tête. Une prochaine fois, à Nice ou ailleurs, rien ne les empêche d’y déverser quelques kilos d’anthrax, par exemple. Un geste qui se traduira par des milliers de morts, ringardisant celui de ce musulman immodéré qui fit passer quelque 90 personnes de vie à trépas le 14 juillet dernier sur la Promenade des Anglais…

Des centaines de bouches à incendie vandalisées par des voyous trouvant la chaleur pesante

 

bouche incendie

Pour se rafraîchir, des petits caïds ont vandalisé pas moins 400 bouches à incendie en France pour se rafraichir. Elles se sont alors transformées en geysers déversant, au frais du contribuable, des milliers de mètres cubes d’eau dans les rues. Continuer à lire … « Des centaines de bouches à incendie vandalisées par des voyous trouvant la chaleur pesante »

Le fiasco de la déradicalisation

deradicalisation

La sénatrice Esther Benbassa, d’Europe Ecologie les Verts, a dévoilé les premières conclusions de sa mission d’information sur la déradicalisation : c’est un fiasco ! Continuer à lire … « Le fiasco de la déradicalisation »

1977 – 2017 : quarante ans d’échecs de la politique de la ville

chance-pour-la-france-2

L’arrestation tumultueuse du jeune Theo LUAKA par une patrouille de Police et surtout le contre-sens commis par le président en se rendant au chevet du mis en cause ont provoqué une énième montée de tensions dans les quartiers de l’immigration. Continuer à lire … « 1977 – 2017 : quarante ans d’échecs de la politique de la ville »

Bobigny : théatre de graves troubles

bobigny-emeute-theo-incendie-francesoir_field_mise_en_avant_principale

Depuis plusieurs jours, des émeutes au caractère ethniques sous-jacent se déroulent dans la ville de Bobigny.

L’affaire Théo a ses premières conséquences à grande échelle. La semaine dernière, Théo était interpellé de façon musclée par les forces de police. Les médias de propagande se sont immédiatement saisi de l’affaire, dressant un portrait angélique du Théo en question et diaboliques des policiers impliqués. Continuer à lire … « Bobigny : théatre de graves troubles »

Affaire Théo : vers un embrasement généralisé des banlieues ?

chance-pour-la-france-2

Le « Grand Soir ethnique » est-il pour bientôt ?

L’interpellation musclée menée jeudi avant-dernier par des policiers à Aulnay-sous-Bois a provoqué une flambée de violences dans de nombreuses « banlieues populaires », pour parler la Novlangue politico-médiatique. Aulnay bien sûr, mais aussi Sevran, Clichy-sous-Bois, Montfermeil, Villepinte, Tremblay, Blanc-Mesnil, dans un « neuf-trois » sinistré par un islam plus ou moins modéré. Mais aussi, Nantes, Rennes, Lyon, Bordeaux, Paris, en attendant bien d’autres « quartiers populaires ».

A Aulnay, lundi dernier, la police qui évoque des « affrontements sporadiques mais très violents », a dû effectuer des tirs de sommation à balles réelles. Une grande première.

Pour le régime, le choix est cornélien…

Un véritable jeu « perdant-perdant ». D’un côté, le pouvoir est terrifié à l’idée de nouvelles émeutes dans les banlieues, qui auraient une intensité sans commune mesure avec celles de 2005, qui plus est dans un contexte de menaces d’attentats majeurs, pilotés par l’Etat islamique. C’est donc avec une empathie sans doute un peu surjouée qu’Hollande s’est précipité au chevet du jeune Théo.

De l’autre, le pouvoir sait que l’exaspération des policiers est à son comble, et que tout nouveau désaveu du régime envers sa police provoquerait une fracture aux conséquences redoutables. Il convient naturellement de distinguer la base policière et sa hiérarchie, largement dominée par la franc-maçonnerie, dont le régime n’a rien à craindre. Or, en périodes troublées, le pouvoir n’emploie plus sa police pour protéger les citoyens, mais d’abord pour se protéger elle-même, avant, si nécessaire, de faire appel à l’armée pour cette ultime mission. Pour nos « élites », il s’agit donc de savoir jusqu’où ne pas aller trop loin

Les conclusions de l’IGPN, est-ce pour amadouer les policiers ?

Selon plusieurs médias, l’Inspection générale de la police nationale privilégierait la thèse de l’accident dans l’affaire Théo. Le rapport soulignerait que le policier a « porté un coup de matraque dans le dos du jeune homme, mais n’avait pas l’intention de causer une blessure à l’anus ». Pour établir ces conclusions, l’IGPN se serait appuyée sur les images des caméras de vidéosurveillance et sur les premiers témoignages.