L’ambassadrice américaine pour les droits des femmes se déclare résolument pro-vie

pennynance-201409120469JR.jpg

La courageuse Penny Nance, nommée par Donald Trump ambassadrice pour les droits des femmes, fait depuis quelques jours l’objet de nombreuses critiques médiatiques pour son attachement à la culture de vie. Elle avait notamment comparé en 2013 l’avortement aux Etats-Unis à un génocide comme pouvait l’être celui de la Shoah.

Il faut dire que son engagement n’est pas nouveau, puisqu’elle a longtemps été la présidente de l’organisation chrétienne des “femmes inquiètes pour l’Amérique”, qui promeut une vision alternative du féminisme, fondé sur le respect des valeurs bibliques défendues par la Constitution américaine, et en particulier le respect de la vie. Comme ambassadrice des droits des femmes, son rôle est notamment de lutter contre les violences faites aux femmes et de promouvoir leurs droits à travers le monde.

Publicités

Le député hongrois Gergely Gulyás a déclaré « qu’il n’y aura pas de mosquée en Hongrie »

no_minarets

Invité sur le plateau Echo TV animé par Bayer Zsolt, le chef de la délégation parlementaire du Fidesz, Gergely Gulyás a commenté la récente attaque survenue à New York, félicitant le président Trump pour l’appel à la peine de mort contre l’attaquant présumé. Continuer à lire … « Le député hongrois Gergely Gulyás a déclaré « qu’il n’y aura pas de mosquée en Hongrie » »

Arte désinforme sur l’histoire du peuplement de l’Europe

hyperboree

La chaîne de propagande Arte a diffusé samedi dernier un documentaire sur « Les énigmes de l’âge de pierre ». Il y est affirmé que, au Néolithique, « des migrants proche-orientaux ont colonisé l’Europe » et se sont substitués à ses habitants. Cette affirmation vise surtout à légitimer le grand remplacement actuel. Mais elle est inexacte.  Continuer à lire … « Arte désinforme sur l’histoire du peuplement de l’Europe »

Lever de boucliers contre le retrait de la croix de Ploërmel

montre+ta+croix

Toute une partie de la population française se révolte contre la décision de justice qui a ordonné au maire de Ploermel dans le Morbihan de retirer la croix qui surplombe une statue de Jean-Paul II au centre du village. Continuer à lire … « Lever de boucliers contre le retrait de la croix de Ploërmel »

Jean-Paul II toléré, mais la croix rejetée à Ploermel

NEWS :  Statue Jean-Paul ll - Ploermel - Bretagne - 05/05/2015

L’affaire était déjà en cours depuis 2015, mais le conseil d’état vient de rendre sa décision. En 2006, une statue de Jean-Paul 2 surmontée d’une croix est installée sur une place de Ploermel. Ce monument de 8 m de haut avait été érigé par le sculpteur russe Zurab Tseretelli et offerte au maire de l’époque. Dès 2010, l’affaire commence à s’ébruiter : en effet le tribunal administratif de Rennes déclare illégale une subvention versée par le conseil général du Morbihan pour son édification.  Continuer à lire … « Jean-Paul II toléré, mais la croix rejetée à Ploermel »

L’écriture inclusive, un « péril mortel » selon l’Académie Française

ecriture-inclusive-les-defenseur-seus-s-et-des-les-detracteur-euse-s-20171020-2116-fedf5b-0@1x

L’Académie Française s’est prononcée hier sur le débat qui agite depuis quelques semaines les sphères de l’éducation. A l’unanimité, les Immortels ont estimé que la nouvelle pratique d’écriture, instaurée par les promoteurs de la théorie du genre, était un « péril mortel » pour la langue française. Pour rappel, cette graphie consiste à inclure le féminin dans les noms, entrecoupé de points, pour le rendre visible. Au lieu d’écrire simplement le terme générique « les commercants », il faudrait par exemple ajouter entre le t et le s du mot un e, encadré de points, pour signifier que le terme concerne aussi bien des hommes que des femmes.  Continuer à lire … « L’écriture inclusive, un « péril mortel » selon l’Académie Française »

Le 27 octobre 1873, le dernier espoir d’un retour du roi en France s’effondre

1411828775-1298786900-800pxroyal-stdom-of-francesvg.png

Cette année-là, le chef du gouvernement Mac-Mahon, soutenu par une majorité royaliste à l’Assemblée nationale, propose le pouvoir au comte de Chambord, petit-fils de Charles X, qu’on appelle Henri V. Mais cette tentative de restauration bute sur les réticences de l’héritier des Bourbons face aux conditions imposées, dont le maintien du drapeau tricolore. Continuer à lire … « Le 27 octobre 1873, le dernier espoir d’un retour du roi en France s’effondre »