Le Système soutient Macron

MacronFanclub2.jpg

L’arrivée en tête au premier tour d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen a, comme prévu, entraîné des appels au Front Républicain

Dès dimanche soir et sans surprise, de nombreux acteurs politiques et médiatiques français ont appelé à voter pour Emmanuel Macron et à faire « barrage » au Front National.

Les ralliements viennent de la gauche comme de la droite et on retrouve, sans surprise, en tête de cette mobilisation l’ensemble du Parti Socialiste et François Hollande.

Si le fait que celui qui occupe encore la position de Président de tous les Français prenne officiellement part à la campagne du deuxième tour peut poser un bon nombre de questions éthiques, la filiation idéologique entre Emmanuel Macron et François Hollande ne laisse quant à elle aucune place au doute : le véritable candidat des ténors du PS n’était pas Benoît Hamon.

Peu surprenant aussi est le ralliement quasi-immédiat de la droite centriste, portée par Alain Juppé, derrière Macron et, encore moins surprenant, le soutien de l’oligarchie européenne  à ce projet.

Certains soutiens ont néanmoins de quoi surprendre…

Tout à fait, si ces premiers soutiens étaient déjà tacitement acquis, d’autres sont surprenants et dépassent parfois l’entendement idéologique. Ainsi, François Fillon, rapidement rejoint par des ténors de la droite dite « de conviction », s’est rangé immédiatement derrière la candidature de celui qu’il fustigeait deux jours auparavant. C’est en soit peu surprenant, mais cela polarisera certainement un électorat qui en attendait certainement plus au second tour.

Plus surprenant en revanche est le ralliement d’une partie de la gauche et de l’extrême-gauche derrière le candidat affiché de la finance.

Ainsi, ce qu’il reste du PCF a appelé à voter pour Emmanuel Macron. Du côté des syndicats, la CFDT et Alliance Police ont tous les deux clairement appelé à voter En Marche pour « faire barrage » au Front National.

Cette stratégie du castor pourrait bien avoir des conséquences pour ceux qui l’appliquent au détriment de leurs convictions puisque le local de la CFDT a quasiment immédiatement été vandalisé et que la déclaration d’Alliance Police a entraîné une levée de bouclier chez ses membres.

Publicités

Pour la première fois, le candidat de centre-droit n’est pas au second tour de l’élection présidentielle

resultats presidentielle.png

Les résultats provisoires du 1er tour donnent Macron à 24%, Marine Le Pen à 22%, Fillon à 20% et Mélenchon à 19%. De leur côté, Benoît Hamon et Nicolas Dupont-Aignan font respectivement 6 et 5%. Continuer à lire … « Pour la première fois, le candidat de centre-droit n’est pas au second tour de l’élection présidentielle »

Le système tente de remettre en selle le repris de justice Juppé

ob_9b261e_alain-juppe-en-delinquant

Alain Juppé, alors candidat archi favori des médias, avait été largement battu par François Fillon au second tour des primaires des Républicains en novembre dernier. Alors condamné à une retraite forcée à 71 ans, celui que certains nomment « Ali Juppé » avait annoncé soutenir le vainqueur de la primaire. Continuer à lire … « Le système tente de remettre en selle le repris de justice Juppé »