Des hommes modernes étaient présents hors d’Afrique il y a près de 200 000 ans

Cees_de_steentijdman2.jpg

En juin 2017, la découverte au Maroc du plus vieux fossile d’homme moderne, daté de 300 000 ans, portait à ébullition le monde de la paléontologie. Aujourd’hui, une nouvelle découverte remet à plat les modèles de mouvement des populations d’homme moderne enseignés aujourd’hui.  Continuer à lire … « Des hommes modernes étaient présents hors d’Afrique il y a près de 200 000 ans »

Publicités

Une découverte archéologique remet en cause les origines africaines de l’homme

img_6916

Le paléontologiquement correct passe de moins en moins ! Désormais, les découvertes archéologiques qui mettent à mal l’histoire de l’homme sorti d’Afrique ne sont plus censurées. La dernière en date est une découverte allemande, près de la ville rhénane de Mayence. Continuer à lire … « Une découverte archéologique remet en cause les origines africaines de l’homme »

La datation d’homo naledi interroge les origines de l’homme

160418162837-restricted-homo-naledi-john-gurche-super-tease.jpg

Homo naledi est une espèce disparue d’homininés. Elle a été découverte il y a deux ans par l’équipe de Lee Rogers Berger dans les grottes de « Rising Star », en Afrique du Sud. Une seconde découverte de fossiles a été faite en mai dernier, confirmant la première. Continuer à lire … « La datation d’homo naledi interroge les origines de l’homme »

De nouvelles découvertes sur l’évolution de l’espèce humaine mettent à mal la théorie de l’homme « sorti d’Afrique »


Ces derniers mois ont été le théâtre de plusieurs découvertes majeures en paléoanthropologie. Celles-ci questionnent l’origine de l’humanité et amènent à repenser les classifications enseignées jusqu’à lors. Le bulletin de réinformation vous en présente deux d’entre elles. Continuer à lire … « De nouvelles découvertes sur l’évolution de l’espèce humaine mettent à mal la théorie de l’homme « sorti d’Afrique » »