A Paris la Gay Pride est En Marche

IMG_4807

Samedi avait lieu la quarantième édition de la Gay Pride annuelle, dite Marche des fiertés.

Que revendiquent-ils exactement ? Le conseiller à la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme l’Antisémitisme et la Haine Anti LGBT), Yohann Roszéwitch déclare que : « Aujourd’hui, c’est l’égalité de traitement qui est réclamée. » Continuer à lire … « A Paris la Gay Pride est En Marche »

Publicités

Macron s’affirme comme défenseur du communautarisme homosexuel

macron.jpg

Emmanuel Macron avait d’abord essayé de draguer l’électorat de la « Manif pour tous ». Il a expliqué que les manifestants avait été humiliés par le gouvernement pendant les manifestations contre la loi dénaturant le mariage.

Il s’agissait d’un clin d’oeil à l’électorat de François Fillon.

Mais la girouette Macron n’a pas peur des contradictions. Il est ainsi retourné vers ses premiers amours, à savoir le groupe de pression homosexualiste. Il a d’abord déclaré que « la communauté homosexuelle trouvera[it] toujours en [lui] un défenseur », ce qui revient à reconnaître l’existence d’une « communauté homosexuelle ». Il s’est ensuite engagé à légaliser la PMA pour les couples lesbiens.

Le candidat du système est donc bien le digne héritier de François Hollande et de la ligne Terra nova. 

Les engagements d’Emmanuel Macron envers le communautarisme homosexuel viennent juste après ses déclarations de repentance au sujet de la colonisation : pendant son voyage en Algérie, il a en effet affirmé que la colonisation était un crime contre l’humanité ! Ce qui est une manière de plaire à l’électorat nord-africain.

Autrement dit, Macron fait de la mercatique électorale.

Il scinde l’électorat en différents segments. Et il tente d’envoyer des messages subliminaux à l’ensemble de ces segments. Mais s’adresser à des communautés plutôt qu’à la nation ne semble pas une stratégie payante. On constate que les chiffres des sondages commencent à dégringoler pour le chouchou des medias.

Comme disait le cardinal de Retz : on ne sort de l’ambiguïté qu’à ses dépens.