Pénurie de beurre en France : les paysans dénoncent la rigidité de la grande distribution

penurie_beurre-3318221.jpg

Les producteurs de lait ont mené des opérations coup de poing dans les supermarchés, pour dénoncer l’intox des grandes surfaces. L’absence d’approvisionnement découle d’un problème de négociation avec les distributeurs et non d’une baisse de la production de lait, en hausse depuis un an.  Continuer à lire … « Pénurie de beurre en France : les paysans dénoncent la rigidité de la grande distribution »

Publicités

« Le politiquement correct a permis au terrorisme islamique de prospérer et d’alimenter la progression de l’extrême droite »

Capture_d_e_cran_2017_11_03_a_19_53_53

« Le politiquement correct a permis au terrorisme islamique de prospérer et d’alimenter la progression de l’extrême droite »

S’exprimant lors d’un sommet des chefs de la police, Dame Louise Caseya, une haut-fonctionnaire du gouvernement britannique déclaré qu’il était temps d’avoir des conversations difficiles sur ce qui se passait dans certaines des communautés les moins intégrées de Bradford, Birmingham, Oldham et East End de Londres. Continuer à lire … « « Le politiquement correct a permis au terrorisme islamique de prospérer et d’alimenter la progression de l’extrême droite » »

Des antifa féministes criminelles incendient un poste de gendarmerie pour dénoncer le sexisme et le genre

XVMb4641904-bfd5-11e7-958b-f112d7d03f16.jpg

L’incendie volontaire de la brigade de gendarmerie de Meylan, en Isère, dans la nuit du 25 au 26 octobre, a bien été perpétré par un groupe anarcho-libertaire. Un groupe de femmes, plus précisément, a revendiqué cette attaque le 31 octobre sur deux sites proches de l’ultra-gauche, dont un déjà utilisé pour revendiquer l’incendie d’une gendarmerie à Grenoble en septembre. Continuer à lire … « Des antifa féministes criminelles incendient un poste de gendarmerie pour dénoncer le sexisme et le genre »

Lever de boucliers contre le retrait de la croix de Ploërmel

montre+ta+croix

Toute une partie de la population française se révolte contre la décision de justice qui a ordonné au maire de Ploermel dans le Morbihan de retirer la croix qui surplombe une statue de Jean-Paul II au centre du village. Continuer à lire … « Lever de boucliers contre le retrait de la croix de Ploërmel »

Jean-Paul II toléré, mais la croix rejetée à Ploermel

NEWS :  Statue Jean-Paul ll - Ploermel - Bretagne - 05/05/2015

L’affaire était déjà en cours depuis 2015, mais le conseil d’état vient de rendre sa décision. En 2006, une statue de Jean-Paul 2 surmontée d’une croix est installée sur une place de Ploermel. Ce monument de 8 m de haut avait été érigé par le sculpteur russe Zurab Tseretelli et offerte au maire de l’époque. Dès 2010, l’affaire commence à s’ébruiter : en effet le tribunal administratif de Rennes déclare illégale une subvention versée par le conseil général du Morbihan pour son édification.  Continuer à lire … « Jean-Paul II toléré, mais la croix rejetée à Ploermel »

L’écriture inclusive, un « péril mortel » selon l’Académie Française

ecriture-inclusive-les-defenseur-seus-s-et-des-les-detracteur-euse-s-20171020-2116-fedf5b-0@1x

L’Académie Française s’est prononcée hier sur le débat qui agite depuis quelques semaines les sphères de l’éducation. A l’unanimité, les Immortels ont estimé que la nouvelle pratique d’écriture, instaurée par les promoteurs de la théorie du genre, était un « péril mortel » pour la langue française. Pour rappel, cette graphie consiste à inclure le féminin dans les noms, entrecoupé de points, pour le rendre visible. Au lieu d’écrire simplement le terme générique « les commercants », il faudrait par exemple ajouter entre le t et le s du mot un e, encadré de points, pour signifier que le terme concerne aussi bien des hommes que des femmes.  Continuer à lire … « L’écriture inclusive, un « péril mortel » selon l’Académie Française »

Le 27 octobre 1873, le dernier espoir d’un retour du roi en France s’effondre

1411828775-1298786900-800pxroyal-stdom-of-francesvg.png

Cette année-là, le chef du gouvernement Mac-Mahon, soutenu par une majorité royaliste à l’Assemblée nationale, propose le pouvoir au comte de Chambord, petit-fils de Charles X, qu’on appelle Henri V. Mais cette tentative de restauration bute sur les réticences de l’héritier des Bourbons face aux conditions imposées, dont le maintien du drapeau tricolore. Continuer à lire … « Le 27 octobre 1873, le dernier espoir d’un retour du roi en France s’effondre »