L’Union Européenne reporte une nouvelle fois le vote sur le glyphosate

4021289lpw-4021735-article-glyphosate-jpg_3554815_660x281

L’Union Européenne devait se prononcer mercredi 25 octobre sur le renouvellement ou non de l’autorisation du glyphosate, qui est le pesticide le plus utilisé dans le monde actuellement, mais elle a reporté le vote. Selon une porte-parole de la Commission, l’objectif reste de « trouver une solution qui bénéficie du soutien le plus large possible, qui assure un haut niveau de protection de la santé humaine et de l’environnement, en ligne avec la législation européenne et fondée sur les données scientifiques disponibles ».

Un pesticide qui fait l’objet d’un débat d’experts depuis des années

La controverse scientifique autour du glyphosate est au cœur du débat et de la résolution du Parlement. Il a fait notamment en 2015 l’objet d’une étude au Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l’OMS, qui l’a classé «  cancérogène probable  »  contrairement aux agences européennes, l’EFSA (sécurité des aliments) et l’ECHA (produits chimiques) qui ont en 2017 publié des études écartant le risque cancérigène.

Un période visée d’utilisation réduite 

La Commission Européenne a reçu lundi une pétition citoyenne demandant l’interdiction du glyphosate ayant récolté plus de 1,3 millions de signatures. Elle a donc décidé ce mercredi de réévaluer les risques tout en éliminant progressivement cette substance des sols de l’Union Européenne. Malgré la volonté de Nicolas Hulot de rabaisser le renouvellement au niveau européen à 3 ans, la décision avancée et retenue a été de réduire la période d’utilisation du glyphosate entre 5 et 7 ans.

Une disparition progressive tout de même programmée d’ici fin 2022

Plusieurs Etats membres tels que la France, l’Autriche et l’Italie ont publiquement affirmé leur opposition à une autorisation trop longue. C’est pourquoi, ce mardi, le parlement européen avait voté en faveur d’une disparition progressive du glyphosate sur les sols de l’Union européenne d’ici fin 2022.

Dans leurs résolutions, les eurodéputés souhaitent également interdire toute utilisation non professionnelle de la substance après 2017. Par ailleurs, l’exécutif européen a plusieurs fois expliqué que d’autres autorités de régulations mondiales étaient allées dans le même sens que les agences scientifiques de l’Union Européenne.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s