L’Insee recueille des données par nationalité, révélant au passage un net regain de l’immigration en France depuis 1999

immigration-invasion-romano-britains-anglo-saxons-assimilation-multiculturalism

Michèle Tribalat est une démographe spécialisée dans le domaine de l’immigration, elle est reconnue pour la qualité de ses travaux mais aussi pour son objectivité et son absence de prise de parti… « politique ».

Pourtant, elle vient de mettre les pieds dans le plat, en osant révéler ce que l’on croyait interdit. Depuis 1999, l’Insee recueille des données par pays et nationalité de naissance des parents – comme le font d’ailleurs de nombreux pays européens. 

L’Insee a, en fait, toujours recueilli ce type de statistiques ?

Oui mais refuse de l’avouer compte tenu de l’ambiance du débat public sur les statistiques ethniques et « pour éviter de compromettre sa réputation, la tranquillité de l’établissement ».

L’institut donne donc, de temps en temps, des informations sur les enfants d’immigrés en combinant les données des enquêtes annuelles de recensement et celles des enquêtes Emploi. Et justement, l’Insee vient de publier une étude intitulée Être né en France d’un parent immigré, Une population diverse reflétant l’histoire des flux migratoires. 

Qu’apprend-on ?

Que 7 millions de Français, soit 11% de la population, auraient au moins un parent immigré. Si l’on ajoute les deux générations (immigrés et enfants d’immigrés), le total est de 13 millions, soit 20 % de la population. Un habitant sur cinq est d’origine étrangère, sur deux générations en 2015.

Mais surtout, Michèle Tribalat compare ces chiffres avec ceux de 2011 : la population d’origine étrangère sur deux générations aurait augmenté de 9 % en quatre ans.

La démographe complète son propos avec le fruit de ses propres études

Selon elle, la population d’origine subsaharienne est celle qui croît le plus rapidement. En quatre ans (2011-2015), sur deux générations (immigrés, enfants d’immigrés) elle aurait ainsi augmenté de 43 %.

Pour Michèle Tribalat, « c’est une bonne chose que l’Insee ait commencé de publier des données sur les populations d’origine étrangère. Il faudrait maintenant qu’il ait le bon goût de ne pas tout séparer en publiant de temps en temps des données sur les immigrés et, encore plus rarement, en décalé, des données sur les enfants immigrés ». 

En somme, un peu plus d’audace pour montrer la réalité…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s