Une partie des catholiques tourne le dos au cosmopolitisme

Babel.jpg

Ce que d’aucuns présentent comme une « cathosphère » est en ce moment agité par une divergence politique et morale portant sur la question de l’identité et de l’immigration. Elle se traduit par la publication de deux essais aux prises de position radicalement opposées.

L’influent blogueur « Koz », de son vrai nom Erwan le Morhedec dénonce la collusion des identitaires et du catholicisme

Dans un essai paru aux éditions du Cerf intitulé Identitaire, le mauvais génie du christianisme, l’avocat fustige ce qu’il présente comme une réduction de la foi catholique à une identité, sur fond de malaise suscité par la crise migratoire. Choqué par l’invitation de Marion Maréchal Le Pen lors d’une manifestation organisée par le diocèse de Toulon en 2015, il s’offusque des inquiétudes affichées par des catholiques concernant l’afflux migratoire. D’autant plus que le pape François avait demandé lui-même que chaque catholique apporte un soutien personnel aux migrants, appel relayé alors par la Conférence des évêques de France.

C’est un autre son de cloche que fait entendre Laurent Dandrieu dans un essai nommé ‘Eglise et immigration, le grand malaise. Le pape et le suicide de la civilisation européenne.’

dandrieu-eglise-immigration

Pour le rédacteur en chef des pages cultures de Valeurs actuelles, le mot identité n’est pas une insulte. Il reproche à l’Eglise son absence de réaction face aux menaces qui pèsent sur la civilisation européenne. Pis, celle-ci appellerait à consentir sereinement à l’islamisation latente. Il rappelle que la nation a des droits, y compris du point de vue de la doctrine catholique. Aucun choix n’est donc à faire entre l’attachement au Christ et l’attachement à la patrie.

Rappelons que Carl Schmitt soulignait dans son ouvrage La Notion de politique que l’impératif d’aimer ses ennemis renvoie au mot latin « inimicos », l’ennemi privé, et non « hostes », l’ennemi politique.

Et ce catholique allemand ajoutait : « dans la lutte millénaire entre le christianisme et l’Islam, il ne serait venu à l’idée d’aucun chrétien qu’il fallait, par amour pour les Sarrazins ou pour les Turcs, livrer l’Europe à l’islam au lieu de la défendre ». Las, cette idée criminelle est venue au jésuite Bergoglio.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s