Vincent Peillon, représentant de la gauche idéologue et sectaire est candidat à la primaire de la gauche

Peillon.jpg

L’ancien ministre de l’éducation avait qualifié la primaire de « petit cirque absolument dirimant », auprès de l’hebdomadaire « Marianne » en octobre.  Il considère désormais, depuis son annonce de candidature il y a trois jours, que la  primaire de la gauche est, je cite, une « machine à fabriquer de l’unité ».

Agrégé de philosophie, il a enseigné plusieurs années, après avoir même fondé une petite entreprise de vente de saumon fumé, dont il a aussi fait la contrebande.

Mais il devient rapidement membre dirigeant du parti socialiste et élu national (député puis député européen). Spécialiste du socialisme pré-marxiste et d’auteurs tels que Jean Jaurès, Edgar Quinet, ou Pierre Leroux, il a publié plusieurs ouvrages relatifs à l’histoire de la pensée socialiste et républicaine.

Son histoire familiale le portait naturellement au socialisme.

Son père était un banquier communiste. Sa mère, née Blum, est issue d’une famille juive alsacienne, dans laquelle on compte notamment Thérèse Lion, militante féministe, et Etienne-Emile Beaulieu, inventeur de la pilule abortive RU 486.

S’il ne revendique pas son judaïsme sur la place publique, Vincent Peillon le cultive dans la sphère privée : ses deux épouses successives, nées Sitbon et Bensahel, sont juives et leurs enfants se prénomment Salomé, Maya, Isaac et Elie. On le dit aussi membre du Grand Orient de France.

Mais il est surtout connu pour le laïcisme forcené dont il a fait preuve en tant que ministre de l’éducation nationale, au début du mandat de François Hollande

Un laïcisme qu’il n’a eu de cesse d’opposer à la liberté religieuse, notamment en instaurant une sidérante charte de la laïcité dans les 55000 établissements scolaires. Pour Vincent Peillon, l’enseignement de l’éducation nationale s’impose au citoyen plus impérativement que la loi naturelle et la conscience.

Il avait déclaré en 2008 : « On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique » ou encore en 2012 « il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s