Francois Fillon s’explique sur l’avenir de la Sécurité sociale

panneau-etat-providence-liberte

Dans une tribune au Figaro, le candidat de la droite et du centre à la présidentielle précise le volet social de son programme. Invoquant l’effort responsable qu’il souhaite incarner pour redresser le pays, Francois Fillon balaye les critiques des conservateurs désireux de sauvegarder le modèle social francais, dont ils seraient en réalité les fossoyeurs en niant ses failles. Il appuie son propos en rappelant la hausse du chômage, de la pauvreté, des injustices et surtout l’explosion du déficit qui menace la solidarité nationale. 

Les critiques évoquées par Francois Fillon concernent surtout le système de santé et l’Assurance Maladie, que ce dernier souhaiterait privatiser. Une accusation écartée immédiatement par ce dernier. 

En effet, Francois Fillon prétend au contraire rendre à l’Assurance maladie sa vocation obligatoire et universelle dans l’esprit des ordonnances de 1945. Le candidat de la droite entend améliorer l’accès aux soins et leur remboursement en faisant bénéficier chaque Francais d’une protection complémentaire appropriée sur la base de contrats homogènes, et en plaçant les organismes complémentaires sous le pilotage d’une agence de régulation et de contrôle.

Au-delà de cet effort de gestion et de responsabilisation des acteurs, il souhaite également revenir sur la généralisation du tiers payant de Marisol Touraine et lutter contre la désertification médicale grâce à la revalorisation de la médecine libérale, actuellement découragée par la paperasserie et les charges.

Ces projets pour le système de santé ne font cependant pas oublier au candidat la priorité qu’il s’est donnée, à savoir a bataille pour l’emploi et la croissance. 

Francois Fillon l’affirme, le début du quinquennat sera concentré sur ces chantiers. Dur de faire autrement selon lui lorsque six millions de Français sont au chômage, et que des centaines de milliers de jeunes sont hors de tout emploi ou formation.

Face à ce qu’il qualifie de bombe social, le candidat de la droit et du centre propose de « diminuer le coût du travail, simplifier et alléger le droit du travail, mettre le paquet sur l’alternance, sortir des 35 heures et lever la peur de l’embauche qui dissuade les PME de recruter… ».

Quant à ceux qui hurlent « ultralibéral », Francois Fillon répond pragmatisme, liberté, intérêt national et devoir de vérité vis à vis des francais qui, selon lui, ont le courage de ces réformes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s