Le PS se prépare à la déroute en 2017

opinionway-bilan-hollande-dec-2016

Pour une fois, François Hollande a mis tous les Français d’accord. Ils sont 94% à approuver sa décision de ne pas se représenter. Droite-gauche ainsi que toutes tranches d’âge confondues.

Selon un autre sondage, près de 8 Français sur 10 rejettent le bilan du président. Ce qui complique considérablement la tâche du futur candidat des primaires, dans la mesure ou la plupart des candidats partagent une responsabilité de ce bilan, ayant appartenu ou appartenant encore au gouvernement.

Qui est donc désigné pour remplacer François Hollande en rassembleur de la gauche ?

Bien que le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis ait indiqué son désir de rester dans la primaire qui s’annonce à gauche, il semble montrer une certaine bienveillance envers le premier ministre Manuel Valls qui devrait se déclarer prochainement : « Je lui conseille amicalement d’être sur une position nouvelle, une position de rassemblement. (…) Nous entrons dans une nouvelle phase où il faut être soi-même, mais offrir de nouvelles perspectives ». Une invitation à revoir sa ligne face au front anti-Valls qui s’annonce.

Par ailleurs le rassemblement s’annonce compliqué, pris entre le libéral Emmanuel Macron, et celui qui se revendique de la vraie gauche, à savoir Jean-Luc Mélenchon. Ces deux chouchous du système médiatique ayant annoncé chacun leur volonté de se présenter directement à la présidentielle sans passer par la case primaire.

Un rassemblement laborieux semble-t-il à la convention de la Belle Alliance Populaire du PS

Ambiance fin de règne effectivement samedi pour ce rassemblement censé préparer les primaires de la gauche. Tous les candidats étiquetés PS l’ont boudé : Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Marie-Noëlle Lienemann et Gérard Filoche. Seuls candidats présents, mais côté écologiste, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias. Côté public, entre 2500 et 3000 militants, contre les 10 000 espérés en septembre.

Cette faible participation s’explique selon les membres du gouvernement par la décision de François Hollande renonçant à briguer un second mandat. Le ministre de la Ville Patrick Kanner a même évoqué « un phénomène de deuil ». A 1,2 millions d’euros le coût de l’organisation de cette convention, ça fait cher l’enterrement.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s