Pour Patrick Buisson, la primaire du centre-droit est une forme de suffrage censitaire

buisson

L’élection primaire qui a permis la désignation du candidat Les Républicains pour la présidentielle 2017 a constitué selon les analyses courantes un succès « populaire ». Si elle a en effet réuni de nombreux électeurs, plus de 4 millions pour chacun des deux tours, elle est pour autant loin d’avoir mobilisé tout le peuple de France.

Patrick Buisson a proposé dans Le Parisien une analyse plus détaillée de cette primaire

Pour l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, la primaire n’est pas une chance pour la démocratie. Au contraire, elle permet selon lui à des partis en perte de vitesse de se refaire une légitimité factice, appuyée par les médias dominants.

L’auteur de « La Cause du peuple » parle même d’un retour du « suffrage censitaire »

Force est de constater que l’électeur moyen de cette primaire appartient à une catégorie économique aisée, diplômée, et ne souffre pas directement des effets pervers de la mondialisation. Dès lors, la primaire ne semble pas avoir amélioré la représentation politique. Pour Buisson, la France provinciale incarnée par le vainqueur n’est pas celle des catégories populaires

François Fillon peut-il espérer l’emporter en 2017 ?

L’ancien Premier ministre a le mérite d’affirmer des valeurs de droite et d’assumer le combat idéologique avec la gauche culturelle. Il redore aussi le blason de l’image du présidentiable, sobre et digne. Mais sa base sociologique reste limitée. Or, ce sont bien les 20 millions d’électeurs de la « France périphérique » qui seront en mesure de faire pencher la décision finale. Le FN et le PS se feront un plaisir de tenter d’enfermer le candidat de la droite dans le rôle d’un apôtre de la mondialisation sauvage et d’un défenseur de la classe dominante.

Que pense Patrick Buisson de la campagne de l’ancien président ?

Son jugement à l’égard de Nicolas Sarkozy est sévère. Celui-ci est présenté comme un éternel narcissique, qui a caricaturé les thèmes identitaires au lieu de les incarner véritablement. Henri Guaino, ancien proche du président mais hostile à la « ligne Buisson », a lui aussi désavoué son ancien mentor.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s