Le maire de Beaucaire assume sa dissidence

sanchez-dissidence

Samedi dernier, le deuxième forum de la dissidence mettait à l’honneur les maires qui refusent de céder à la pression des préfets et des juges. Julien Sanchez, maire de Beaucaire dans le Gard, est de ceux-là. Ce jeune maire, âgé de 32 ans, a accordé une entrevue à Présent dans son édition d’aujourd’hui.

Il y explique avoir pas moins de 27 procès en cours !

Il y a d’abord les actions judiciaires engagées par Julien Sanchez lui-même. Il doit en effet faire face aux diffamations et aux injures de ses opposants. Or sa tactique est de rien laisser passer : il réplique en saisissant systématiquement la justice.

Il y a ensuite les procès dont il est victime.

Le maire de Beaucaire est l’objet d’un harcèlement juridique, de la part notamment des associations droit-de-l’hommistes. Ainsi, la Ligue des droits de l’homme a saisi le tribunal administratif en raison de la crèche installée dans la mairie à Noël. Compte tenu de la jurisprudence récente du Conseil d’Etat, nul doute que les juges administratifs vont donner tort au maire Front national.

Les autorités administratives aussi rendent la tâche difficile à Julien Sanchez.

Le maire de Beaucaire a pris des arrêtés interdisant aux commerçants du centre-ville de troubler la tranquillité publique. Il se trouve que ce sont des commerçants musulmans qui étaient l’auteurs de ces troubles, notament en ouvrant leur boutique la nuit pendant le Ramadan. Des associations islamiques, appuyées entre autres par la présidente de région socialiste Carole Delga, ont porté plainte pour discrimination ! Prétextant de cette procédure judiciaire absurde, le préfet refuse d’apporter au maire le concours de la force publique pour faire respecter ces arrêtés !

Encore un préfet qui pourrait candidater au prix Papon pour faits de collaboration à l’islamisation de notre pays !

Cependant, fort du soutien des Beaucairois, Julien Sanchez et son conseil municipal restent droit dans ses bottes. Et il en profite pour dénoncer le mal nommé « harcèlement démocratique », qui n’est qu’une forme d’intimidation politique des élus dissidents.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s